Ōkuninushi vol.1 — solo JkTkOft

Actualités

Système

Bibliothèque

Trame

Discord
Pub Saigo no SōheiPub Saigo no SōheiPub Saigo no SōheiPub Saigo no SōheiPub Halloween LS
Dans un monde où les nouvelles générations ont connu les affres de la guerre par le biais d'écrits ou de contes oraux, ces dernières sont soudainement propulsées dans des destins pour eux inimaginables à l'instar de leurs aînés d'autrefois. Incarnez y votre shinobi et osez répondre présent à l'effort de guerre de votre nation. Que vous soyez un militaire, un déserteur, un membre d'une quelconque organisation religieuse ou non, défendez avec corps et âme votre nindõ puisque, finalement, personne ne peut se soustraire à son devoir de ninja.Lire la suite

Bienvenue
...

Derniers messages

Clans

Questions

Partenaires

Pub Saigo no SōheiPub Saigo no SōheiPub Saigo no SōheiPub Saigo no SōheiPub Saigo no Sōhei
Hyōketsu Yosōgai
MP

cofonda

Sa Majesté
MP

cofonda

Senkōga
MP

cofonda

L'équipe au complet

Affute tes armes

NotificationsVoir les nouveaux messages depuis votre dernière visite

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum: Aucun

Le deal à ne pas rater :
Cdiscount : -20% sur 2 jouets, -30% sur 3 jouets, -40% sur 4 jouets
Voir le deal

Ōkuninushi
Messages : 2

Fiche du Shinobi
Rang: E✭
Équipement: Un tantō nacré au manche obsidienne signé Kuninotokotachi.
Attribut(s): Vélocité ★☆☆, Réactivité ★☆☆
Voir le profil de l'utilisateur

    Ryōgaejo no Zenshō, l'avant-poste du bureau de change : la destination lointaine que je m'efforçais de rejoindre à n'importe quel prix. Ma foulée, celle d'un enfant insouciant d'une quatorzaine d'années, entachait la réputation de la province des spectres. À vrai dire, au fur et à mesure de mes pas, je piétinais l'honneur de chaque mercenaire ici présent, ma simple présence provoquait chaque acteur du marché noir. Ici-bas, les choses avaient le mérite d'être claires, l'on reconnaissait les Hommes selon leur puissance, ils revendiquaient leurs crimes comme un fait d'armes car il s'agissait en effet d'une victoire pour eux. Ils y gagnaient de la crédibilité et même le droit de grandir dans ce milieu.

    Dès lors, la présence d'une personne telle que moi les dérangeaient. Un bref coup d'œil suffisait à me dépeindre avec véracité : un jeune garçon au visage décharné, au corps étique, petit de surcroît, frêle en somme et un vieux lambeau d'étoffe servant de vêtement. J'essuyais certes des regards un peu trop insistants à mon goût accompagnés de paroles vexatoires, mais à mon plus grand étonnement, je n'avais aucun contretemps à régler. L'ignorance est le meilleur des mépris, et passer outre les insultes suffisait plus ou moins à ce qu'ils me laissaient tranquille. Concernant les plus téméraires, ils continuaient jusqu'à ce qu'ils s'apercevaient que je portais ostensiblement le bandeau frontal du village caché par le sable rayé d'une ligne horizontale sur toute sa longueur. Cela sonnait comme un avertissement : attention, chien méchant.

    Cependant, mon histoire est bien différente des autres déserteurs qui s'affirmaient l'être sans crainte. Je ne les égalais pas vraiment pas au combat, honnêtement, je n'avais aucune raison de garder ce bandeau avec moi, et encore moins de le montrer aussi ouvertement si ce n'est la volonté de mourir. Pourtant, je tenais cet objet haut dans mon estime, comme à la prunelle de mes yeux, j'étais protecteur envers ce qui donnait le droit à d'innombrables individus de me tuer sur le champ.

    J'interrompis immédiatement ma marche, dévisageant silencieusement celui qui me faisait face vingt mètres plus loin sur le sentier forestier que je parcourais. Ce n'était pas tant sa jeunesse qui m'étonna particulièrement – son âge se situait dans ma tranche – mais son vêtement japonais traditionnel noirâtre l'où plusieurs fleur de lys rougeoyantes se démarquaient. Par ailleurs, il portait un sabre qui avoisinait les soixante centimètres, une arme bien trop grande pour lui. Quelque chose me dérangeait dans cette rencontre fortuite et mon cœur se pinça soudainement, je tournai instinctivement la tête sur ma droite afin de déposer mon regard en hauteur, sur quelques feuillages.

    Non... il y a quelqu'un d'autre. prononçais-je à mi-voix.

    Cette sensation m'était familière, je le sentais comme si la nature elle-même me prévenait du danger par un moyen que je ne saurai expliquer. Présentant ma surprise vis-à-vis de ma découverte et encore à moitié stupéfait, le jeune garçon face à moi écarquilla spontanément les yeux. Dans la fraction de seconde suivante, il bondit en ma direction, réduisant la distance qui nous séparait en un claquement de doigts et effleura le manche de son arme de sa dextre. Malgré sa vitesse et ses mouvements effectués en moins d'une seconde, je ne lâchais pas sa silhouette du regard, je portais mon attention sur chaque contraction de ses muscles allant même jusqu'à percevoir d'un côté sa main armée se raidir et, de l'autre côté, voir ses lèvres prononcer des mots que je n'entendis pas, bien trop concentré sur mon analyse.

    Je ...

    Mon corps s'est mû d'une façon machinale, je n'eus point le temps d'aligner d'autres mots pour compléter ma phrase. Ma réaction allait-elle être suffisamment salvatrice ?
Ōkuninushi
Messages : 2

Fiche du Shinobi
Rang: E✭
Équipement: Un tantō nacré au manche obsidienne signé Kuninotokotachi.
Attribut(s): Vélocité ★☆☆, Réactivité ★☆☆
Voir le profil de l'utilisateur

    En réponse à son initiative impérieuse, je dressai mon couteau face à sa lame dans le but de la dévier. Une fois, deux fois, trois fois. Certes, je désaxai avec succès son arme, mais je reculai en contrepartie de deux, quatre puis six mètres. Elle marqua également ma chair à plusieurs reprises, une première entaille et une seconde immédiatement précédée d'une balafre au visage. Les assauts qu'il portait à mon encontre n'avait rien de juvéniles, ils étaient puissants, me dominaient et ne perdaient pas en vitesse. De mon maigre jeu d'épée, je ne pouvais pas rivaliser, je ne pouvais tout simplement pas absorber autant de pression : il m'écrasait littéralement. Malgré nos tailles avoisinantes, je discernais dans son ombre une silhouette bien plus grande, un individu qui me surplombait à tous les niveaux. En l'espace d'une dizaine de secondes et de quelques échanges, il avait déjà réussi à m'acculer. Mon dos heurta brusquement le tronc d'un arbre tandis que le sabre ennemi se logea de quelques centimètres dans ma hanche droite rapidement freiné dans sa course par le fût.

    C'est une drôle façon de procéder de ne pas utiliser de techniques, chasseur. Une parole cinglante et une intonation bien trop sérieuse pour un vraisemblable enfant. Je l'observais silencieusement, haletant encore de ce qu'on pouvait difficilement appeler un combat, cependant la menace de la pointe de son arme qu'il éleva à hauteur de mon cœur m'obligea à répondre dans la seconde suivante.
    ... Une voix m'interrompit.
    Ce n'en est pas un. Dit un jeune homme qui s'approchait de nous deux.
    Je n'en suis pas si sûr, il cache trop bien son jeu. Comment une personne aussi banale peut elle à la fois te repérer aisément et me suivre du regard ? Il n'y a que les chasseurs habitués au combat à haute vitesse ou les maîtres de kenjutsu et taijutsu qui sont capables de telles prouesses. Ajoute à cela qu'il doit être un senseur talentueux, lui est encore trop jeune pour tout cela, il a été entrainé dans cet optique et il patiente, il attend qu'on baisse notre garde pour nous éliminer.
    Il est tout seul dans les environs et les autres arrivent, c'est juste une mauvaise blague et un sacré coup de chance le concernant. Regarde son bandeau, il est jeune et il possède sa propre histoire comme nous avons la nôtre.

    Les deux comparses relevèrent la tête et balayèrent circulairement du regard notre position. Toujours de marbre et silencieux depuis une minute maintenant, je décidai de faire de même. Un troisième jeune homme, une jeune femme accompagnée d'une fillette, cinq personnes dont six avec moi, un couple d'adolescents, trois enfants, dix personnes au total disséminées dans la forêt. Elles portaient tous des vêtements au style divers et variés avec un seul et unique point commun : une fleur de lys brodée dans le dos et deux sur chaque épaule. Parmi la dizaine de personnes présente, les plus âgés rigolaient de la situation, les plus jeunes se questionnaient et une voix féminine proposait d'en terminer ici et maintenant, de m'éliminer de manière immédiate sous prétexte que je les espionnais. Au fur et à mesure que les secondes défilaient, je prêtais de moins en moins d'attention sur les échanges verbaux qui traitaient de ma vie. Mon rythme cardiaque augmentait, je n'entendais plus que les battements de mon cœur, ma pression artérielle croissait, ma vision se focalisait sur un point central et ma vision périphérique quant à elle diminuait.

    D'un coup sans même réfléchir aux conséquences de mes actions, j'élançai verticalement, de bas en haut, mon couteau, visant à porter atteinte au jeune sabreur. Non pas étonné par la nature du geste et la volonté de le nuire, mais plutôt par sa vitesse d'exécution anormale pour une personne de mon calibre, il dévia instinctivement mon arme d'un mouvement purement défensif pour se protéger lui sans intention offensive derrière. Ce laps de temps me suffisait amplement pour me dégager de ma position désavantageuse, je me ruai donc vers l'arbre le plus proche afin de m'en servir comme protection.

    Arrivé à destination en moins d'une seconde, totalement focalisé sur mon point de repli que j'en perdais ma vision périphérique, une sensation de chaleur épousa soudainement l'entièreté de mon épiderme.
    Katon: Gōkakyū no Jutsu ! S'écria une voix féminine. Elle semblait avoir prédit les événements car elle seule avait réagi à la fois vivement et immédiatement pour m'arrêter. Les autres n'avaient même pas encore bougés hormis l'enfant sabreur qui venait de seulement parcourir un mètre. Il s'arrêta aussi vite qu'il entama sa course.  
    ... ?

    Alors que je tournai la tête en sa direction, une énorme boule de feu m'enveloppa. L'orbe était parfaite et les flammes tellement condensées que la simple déformation de ce dernier avec mon corps provoqua une déflagration remarquable. Pourquoi des personnes aussi puissantes en avaient après moi ?